PROSE

L'Oustal s'installe à  la salle Izzo, par Pierre Mamier

Creation Category: 

  
  


Une exposition organisée par l’association « Clair de plume », en collaboration avec d’autres associations locales comme « VASI-JV » se tient à la salle Izzo jusqu’à ce dimanche 1er novembre. La thématique retenue est plutôt originale et inhabituelle et il fallait y penser, il s’agit de l’habitat traditionnel d’hier, d’aujourd’hui et de demain, d’où le nom de l’exposition : « L’Oustal d’ici et d’ailleurs ».

L'automne commence à  St Jean de Védas

Creation Category: 

Un peu plus confiant en partant pour ces 10km des Foulées d’Automne à St -Jean -de- Védas, ce dimanche 18 octobre, car j’ai fait deux sorties dans la semaine, et elles s’étaient bien déroulées. Par contre j’ai hésité à m’engager pour Clapiers le samedi après-midi, de façon à « évacuer » la course avant le bon repas chez des amis de Montpellier, le soir. Mais ma femme ayant exprimé ses préférences pour repas et course le lendemain, ça n’a pas forcément facilité les choses, avec le retour à une heure du matin et une digestion et une glycémie bien plus « lourdes »( 3,50g au réveil !!!) que d’habitude. Et puis ma photographe a choisi de rester au lit dimanche matin! En l’enviant, je suis donc parti seul pour St Jean, distant de20km de Frontignan. Soleil mais que 11° au thermomètre : finies les chaleurs matinales des mois précédents ! Enfin l’automne, sec, mais l’automne, celui des Foulées…. ! Qui ont attiré, comme d’habitude, la grande foule. J’estimerai à près de 300 le nombre de partants sur le 5 et le 10km ; nous serons une quarantaine de plus, en vérité. Sur le parking, devant le collège, je me retrouve à côté d’une équipe de jeunes triathlètes. Bruyants, parlant haut, appuyés sur ma voiture et la secouant sans cesse, bien sûr pas de regard ni de bonjour de leur part, leur dialogue ne tournant qu’autour des premières places à prendre, les temps records à faire et la présence de Marocains…Bien sûr, je n’avais aucune place là-dedans ! Ils ont beau chercher une épingle nourrice pour leur dossard, que je n’en propose pas, même si j’en ai toujours dans mon sac, vu le grand intérêt qu’ils portent à leur « vieux » voisin…. !! Heureusement, en matière de communication, arrive le bien sympathique Bruno Chetail, l’ancien président historique de « Jogging Castelnau », qui « tracte » pour les Foulées Castelnauviennes de dimanche prochain 25. Sourire, échanges… :le manque à gagner avec les voisins est mille fois comblé. J’avais l’idée préconçue que ça ne marcherait pas pour mon dossard. Courrier parti le lundi( ave le bulletin distribué la veille à St Jean de Cuculles) mais téléphone et boîte mail bloqués toute la journée et limite d’inscription dépassée. Je me disais alors qu’ils recevraient le courrier avec le certificat, encaisseraient le chèque, mais me diraient le dimanche « Ah non, rien reçu… ! », pour me faire réinscrire, avec 2€ en plus. Total : 14€, pas seulement pour moi mais aussi pour ceux qui avaient procédé de la même manière. Ce que j’aurais donc refusé et je serais parti avec un vieux dossard et sans scrupules puisque j’étais de toute manière en règle. Mais non. A l’énoncé de mon nom, le dossard est tout de suite sorti. Ouf et mille excuses !

Je sors alors l’appareil photo, car la première course pour enfants s’apprête à partir. Deux photos, puis plus rien !

Saint-Jean de Cuculles: soleil, foule et sportivité, par Pierre Mamier

Creation Category: 

 
St Jean de Cuculles ! Au nord de Montpellier, au pied du Pic Saint Loup. De nouveau un beau soleil estival dans un ciel bleu languedocien.



Encore un petit village où j'aimerais habiter



Une course que j’ai faite il y a cinq ou six ans et que j’avais envie de refaire. Pour essayer de revenir un peu plus dans le coup, pour tester de nouveau mon genou et faire tout simplement une course l’après-midi, à l’heure de mes courses quand j’étais coureur cycliste.

Ces 8è Foulées du Pic Saint-Loup s’annonçaient donc sous de meilleurs auspices donc, puisque j’avais fait deux petites sorties dans la semaine. Ma femme aussi était du voyage-« pour conduire en revenant », toujours prévoyante qu’elle est !-Et au besoin, prendre quelques photos pendant la course…

Nous sommes arrivés à 14h30, pour un départ à 16h. Bien du temps alors pour musarder, observer, prendre des photos et se préparer sans hâte.

A Balaruc, une cure de Foulées, pour retrouver le rythme

Creation Category: 


 

Il me fallait absolument faire un test pour mon ménisque qui me titillait depuis le 13 septembre. N’ayant alors rien fait depuis trois semaines, il fallait me lancer, « pour voir » et les 22è Foulées de Balaruc, à cinq minutes en voiture de chez moi étaient l’occasion idéale pour se bouger de nouveau, même si, étonnamment, les chiffres de mon diabète ont vraiment été bons pendant cette période de repos.

Je m’étais engagé sur le 10,8km, le 5km restant pour moi un super sprint qui m’a souvent réussi, grâce à mes départs rapides, mais la forme n’est plus la même et comme j’aime bien ce parcours de Balaruc, je voulais le refaire, avec dans l’esprit le secret espoir de faire moins d’une heure pour être rassuré….sur mon genou.

L’accueil à l’école de voile est agréable, le cadre de l’étang de Thau et du Mont St Clair, déjà ensoleillé, y ajoutant leur sourire.




Le T-shirt offert est celui du casino de Balaruc. Bravo la pub mais bon, casino-même si l’on n’y fume plus- et course à pied, ça fait deux, quand même.

Les 12km de St Gely: du jaune, de l'eau et du monde! par Pierre Mamier

Creation Category: 

Je n’étais sans doute pas le seul ce dimanche 13 septembre, à faire ma « rentrée course à pied » à St Gely du Fesc. Depuis les Eléphants d’Hannibal à Vic-la-Gardiole, le 25 juillet, pratiquement rien à mon actif, avec cette chaleur d’août qui a fait tant transpirer même sans bouger….

St Gely donc, à 10km au nord de Montpellier, là où est décédé Georges Brassens, d’où le nom du vaste complexe sportif où nous avions tous rendez-vous pour « les Km de St Gely », non précisés puisqu’il y en avait d’abord pour toutes les catégories d’enfants, puis les 5 et les 12 pour les adultes.

Parti à 7h45 de Frontignan alors, sous un ciel clair et un soleil paresseux au lever, une première émotion au rond-point de l’Hôtel du Département de Montpellier où une voiture pile sec en plein virage. Mais pourquoi ? Eh bien pour laisser passer trois derniers canards un peu lourds à l’envol pour rejoindre les copains en train de les attendre sur la pelouse attenante !!!

A 8h30, il y a encore bien de la place sur les parkings proches du départ. Le briefing des bénévoles commence. C’est du sérieux ! Et la couleur jaune annonce encore un soleil de la même couleur…. !


Amintiri din alta lume, de Burschi Gruder

Creation Category: 

 

Motto: Omenirea se desparte cu voiosie de trecutul ei.

Karl Marx

(din Introducere la Contributii la critica filozofiei hegeliene a dreptului)

 

Trecusera cativa ani buni de cand ilustratiile mele apareau in publicatiile pentru copii si tineret din Bucuresti, dar nu primisem nici o propunere sa ilustrez o carte.

Intr-o buna zi minunea s-a intamplat. Am fost chemat la Editura Tineretului si mi s-a inmanat textul unei culegeri de povestiri despre intamplarile hazlii ale unor copii, comentate de un arici. Textul apartinea Soniei Larian, numele ariciului l-am uitat. Am fost rugat sa aduc, ca proba, desene cu ariciul comentator, asa cum il vedeam eu.

Dupa cateva zile m-am prezentat cu desenele la editura si le-am predat redactoarei de carte. Le-a analizat un timp si, dupa o lunga tacere, mi-a zis:

- Tovarase Burschi, ati umanizat ariciul prea mult. Seamana cu un porc!

Nu am mai primit lucrarea. Se spune ca orice minune nu tine decat trei zile. Minunea aceasta a tinut o saptamana.

Pana la urma mi-a fost dat totusi sa ilustrez o carte, prima din cariera mea. Era o poveste cu cartofi scrisa de Eduard Jurist. Fusese publicata cu ilustratiile mele in revista adresata celor mai mici cititori, se bucurase de succes si editura se hotarase s-o publice sub forma de carte.

Am machetat cartea, am refacut desenele, am facut copertile, am predat lucrarea editurii si, dupa un timp, mi s-a comunicat ca a intrat la tipar.

intr-o zi, pe cand lucram la planseta, sotia mea, care ne pregatea masa la bucatarie, mi-a adus un cartof ce semana cu unul dintre eroii mei, motiv pentru care ii fusese mila sa-l cojeasca. L-am primit cu recunostinta, i-am pictat doi ochi si o gura, i-am infipt un surub in crestet si l-am agatat de aplica ce ne servea ca lampa de noapte, deasupra patului.

Dupa un timp, am primit un telefon sa ma prezint urgent la editura. Unul dintre directori dorea sa vorbeasca neaparat cu mine. Plin de emotii, m-am imbracat "corespunzator", adica mi-am pus costum si cravata, si, inainte de a parasi camera noastra, in pragul usii stand, mi-am aruncat privirea inapoi si am vazut cartoful agatat in perete. M-am intors, l-am scos de pe aplica si l-am bagat in buzunar.

La editura am fost lasat sa astept multa vreme pana ce directorul care ma chemase m-a invitat in biroul sau. A inceput cu multe ocolosuri pana ce a ajuns acolo unde dorea sa ajunga:

- ... ca, "sa vedeti, tovarase Burschi, cartofii dumneavoastra nu seamana a cartofi! Ar trebui sa refaceti ilustratiile."

I-am raspuns ca, daca asa vede el lucrurile, nu am nimic de spus, ca o sa ma gandesc (de fapt nu-mi trecea prin cap nici un raspuns) si, intorcandu-ma sa plec, am simtit cartoful din buzunarul hainei si l-am scos, aratandu-l directorului.

A ramas nemiscat, cu gura deschisa si, dupa cateva clipe de stupoare, mi-a zis:

- Tovarase Burschi, va rog sa ma scuzati, nu stiam ca i-ati facut dupa natura.

Ce ti-era si cu realismul asta socialist!

Le Flo des Mots et des notes pour le coeur, par Pierre Mamier

Creation Category: 


 
La formule musique et poésie paraît à première vue évidente. Encore fallait-il la réaliser. Le hasard ayant bien fait les choses, c’est l’association frontignanaise « Musique au Cœur », forte de sa pianiste de talent, Nadine Lavagna, professeur de piano à l’Ecole Municipale de musique, qui s’est trouvé « sa voix » en la personne d’Angela Nache-Mamier, elle aussi frontignanaise et auteur de deux livres de poésie récents, qui ne passent pas inaperçus.

Nadine embarquant son piano cet été pour la Roumanie, afin d’aller jouer dans les orphelinats où elle va apporter réconfort, cadeaux et matériels pour les enfants, le hasard ne pouvait pas faire mieux que de lui faire rencontrer cette poétesse d’origine roumaine qu’est Angela, qui garde de profondes racines dans son pays d’origine.

D’où l’idée de proposer des concerts-poésie partout où une oreille attentive est prêtée au projet de Nadine. Si des particuliers avec le bouche à oreille proposent de telles soirées où sont collectés quelques subsides pour les enfants, des institutions ou espaces culturels ouvrent leurs portes à cette formule éminemment valorisante pour toutes les parties prenantes :les accueillants, l’association et le public.
  
  


« L'âme tatouée » par Raluca Sterian Nathan (fragment)

Creation Category: 

 

 

 Je reprends mon journal et je vois la date du 24 septembre 1944 soulignée en rouge : "Maman m'a dit que l'on pouvait tout raconter avec des mots. Si l'on a des doutes, on demande. Ou alors, on cherche dans le dictionnaire."

 

Aujourd'hui c'est son anniversaire. Je voudrais lui dire quelque chose de beau. Je cherche la signification du mot « amour » dans le dictionnaire. Il y en a toute une tartine : affection, inclination, tendresse. Plus loin : altruisme, fraternité, patriotisme. Plus loin : baiser, coucher, forniquer. Je ne com­prends pas. Je voulais dire à Maman que je l'aimais très fort. Que signifie tout cela ? Je vais quand même lui demander si l'aimer veut aussi dire ce mot que je ne comprends pas : forni­quer. Ça sonne drôle mais ça me plaît bien, forniquer. Enfin... Je crois que les mots restent des mots. Moi, je l'aime en baisers, en caresses. Je dessine très mal, j'en ai honte. Mon père peint très bien. Moi, je ne suis même pas capable de faire un petit dessin pour Maman. Des fleurs ? Ça se fait. Mais tout le monde peut lui offrir des fleurs sans l'aimer aussi fort. Pas comme moi. Alors je vais chanter. Mais je chante plutôt faux. Danser ! Là, je sais. Je vais danser pour elle, de tout mon cœur. »

 

 Un autre moment important : décembre 1944. Les Allemands sont vite partis, très vite, en catastrophe; ils ont laissé derrière eux plein d'objets. J'étais devenue chef de bande - le meilleur moyen que j'avais trouvé pour lutter contre ma timidité - et j'entraînais mes copains dans les sous-sols des maisons qui avaient été occupées par les Allemands. Nous y faisions de belles razzias.

Un jour, nous pénétrâmes dans une cave et nous trouvâmes parmi les couvertures une très grosse boîte en carton, pleine à ras bord. C'était écrit en allemand dessus, en lettres gothique». Je ne lisais pas le gothique.

 

Toute fière de cette prise, je la montrai à Maman :

 

    Voilà ce que j'ai trouvé. Maman devint verte.

 

    Sais-tu ce que c'est ?

 

    Oui, du savon.

 

    Non. Ce sont des Juifs.

 

Il était inscrit sur le couvercle que ce savon était fabriqué avec de la graisse de Juifs. Je ne comprenais pas. Elle m'expliqua :

 

   Tu es responsable parce que c'est toi qui as trouvé cette boîte. On va aller au cimetière juif demander au rabbin de l'enterrer et de faire une prière pour toutes ces âmes.

 J'étais bouleversée, surtout au cimetière. Quand nous avons remis la boîte au rabbin, il a dit une prière et ses larmes coulaient. Je ne comprenais pas très bien ce qui se passait, mais je savais que c'était très grave.

Je n'arrivais pas à imaginer de pareilles horreurs. Pendant un long moment, j'ai fait d'affreux cauchemars : des gens mutilés se transformaient en squelettes et essayaient de m'attraper. 

Cartea - Cu mână puternică

Creation Category: 

Înainte ca Moise să pornească spre Egipt, Domnul a făcut un plan de bătaie. Îl trimite la evrei să îi asigure că Dumnezeu i-a văzut și a văzut ce li se face în Egipt. Așa că îi va scoate din robie și îi va duce în țara promisă lui Avraam, Isac și Iacov, deși în acel moment locuită de alte popoare, „țară în care curge lapte și miere". Aceste vorbe vor fi crezute de „bătrâni", așa că se va duce la Faraon și va cere voie să meargă cu tot poporul pentru trei zile în deșert, „să aprindă jertfe Domnului".

Totodată, Domnul știe că Faraon se va împotrivi și că va accepta doar silit de o „mână puternică". A Domnului, desigur. Așa că Domnul va ridica acea mână (puternică) și va lovi Egiptul „cu tot felul de minuni", silindu-l pe Faraon să se supună. Drept urmare, evreii nu vor părăsi Egiptul cu mâna goală, ci își vor jefui vecinii.

Constantin Brancusi and the Dacian roots of his art, by Napoleon Savescu

Creation Category: 

The Romanian sculptor, Constantin Brancusi was born on February 19, 1876, in Hobitza, a village in Romania's Carpathian Mountains, an area known for its rich tradition of folk crafts, particularly ornate wood carving. His parents, Nicolae and Maria Brâncuși, were poor peasants who earned a meager living through back-breaking labor, and from the age of seven he herded the family's flock of sheep. He showed remarkable talent for carving objects out of wood. At the age of nine, Brâncuși left the village to work at menial jobs in the nearest large town. At 13 he went to Craiova where he worked at a grocery store for several years. When he was 18, impressed by Brâncuși's talent for carving, his employer financed his education at the Craiova School of Crafts (Școala de Meserii). There he indulged his love for woodworking, taught himself to read and write, and graduated with honors in 1898.

Pages

Subscribe to RSS - PROSE